Logo Pokemag

L’inventeur Marocain Rachid Yazami reçoit le “Arab Investor Award” à Paris

Il s’appelle Rachid Yazami. Vous ne le connaissez peut-être pas, mais on utilise tous ses technologies…

Avez-vous déjà utilisé une torche, un smartphone, un ordinateur portable, une tablette, un appareil photo, une cigarette électronique ou une console de jeux ? Avez-vous déjà utilisé des perceuses sans fil ou d’autres outils électriques de ce genre ? Avez-vous déjà utilisé des fauteuils roulants électriques, des voitures électriques ou des véhicules hybrides ? Si vous avez répondu oui à l’une de ces questions, alors vous avez utilisé la technologie de Yazami.

Le professeur marocain a reçu, hier soir à Paris, le Prix de l’Investisseur Arabe (Arab Investor Award) dans la catégorie “Green Application”. Cette distinction vient récompenser ses recherches scientifiques et ses inventions, elle lui a été remise lors d’une cérémonie au siège de l’UNESCO. 

En présence d’hommes d’affaires, de chercheurs et diplomates, Rachid Yazami a reçu ce prix en reconnaissance de plusieurs de ses découvertes qui ont révolutionné le quotidien de beaucoup de gens. Ses travaux lui avaient d’ailleurs déjà valu le prestigieux Prix Draper, équivalent du Nobel pour les ingénieurs.

Le Arab Investor Award (AIA) récompense “les performances exceptionnelles individuelles et celles des entreprises dans le domaine de l’investissement durable”. Ce prix vise à encourager les investissements futurs et les innovations dans le monde arabe et en Afrique. Dans une déclaration à la MAP, Rachid Yazami a exprimé “sa grande joie” de recevoir ce prix qui “honore sa modeste personne, mais qui honore surtout le Maroc”.

Le Forum International des Investisseurs Arabes (FIIA) qui se tient chaque année entend livrer un message: “celui de dire au monde arabe qu’il est temps de se prendre en main et de rattraper les années, voire les siècles de retard”, a-t-il estimé avant d’ajouter que “ce n’est qu’à travers l’éducation et la mise en œuvre des moyens communs que l’on peut redorer l’image du monde arabe de manière générale”.