Logo Pokemag
Microsoft accuse la Chine de cyber-attaques.

Microsoft accuse la Chine de cyber-attaques.

Microsoft, le géant de la technologie a accusé un groupe de cyber-espionnage chinois d’avoir attaqué son logiciel de serveur de messagerie.

Microsoft soupçonne que les pirates sont soutenu par l’État, qui était un “acteur hautement qualifié et sophistiqué”.

Microsoft a déclaré que la campagne de piratage utilisait quatre vulnérabilités non détectées auparavant dans différentes versions du logiciel.

Ces failles de sécurité permettaient aux pirates d’accéder à distance aux boîtes de réception de courrier électronique.

Le Centre de renseignements sur les menaces de Microsoft a attribué les attaques avec une “grande confiance” à Hafnium.

Hafnium c’est un groupe considéré comme étant parrainé par l’État et opérant depuis la Chine.

Il a fondé sa conclusion sur “la victimologie, les tactiques et les procédures observées”.

Selon Microsoft, Hafnium cible les chercheurs en maladies infectieuses, les cabinets d’avocats, les établissements d’enseignement supérieur et les entreprises de défense.

Les groupes de réflexion politique et les groupes non gouvernementaux ont également été ciblés.

C’est la huitième fois en une année que Microsoft accuse des groupes d’Etats-nations de cibler des institutions essentielles à la société civile.

Bien que Hafnium soit basée en Chine, elle mène ses opérations principalement à partir de serveurs privés virtuels loués aux États-Unis, a déclaré Microsoft.

Par ailleurs, Microsoft a déclaré avoir observé Hafnium interagir avec les utilisateurs de sa suite Office 365.

La société a publié des mises à jour logicielles visant à corriger les vulnérabilités de ses logiciels.

Microsoft a déclaré que l’attaque n’avait aucun lien avec celle de SolarWinds, qui a frappé des agences gouvernementales américaines.

Présence en Chine


Alors que de nombreuses entreprises technologiques américaines entretiennent des relations tumultueuses avec le gouvernement chinois.

Microsoft maintient une présence sur le continent depuis 1992. Contrairement à Facebook et Twitter, la plateforme de médias sociaux de Microsoft, LinkedIn, est toujours accessible en Chine.

la même que son moteur de recherche Bing, bien que Baidu, une entreprise locale, domine le marché de la recherche.

L’entreprise gère également un centre de recherche sur l’intelligence artificielle en Chine.