Logo Pokemag

Une femme française attaque une marocaine voilée au festival Soufi de Fès

Lors d’une table ronde lors de la 12e édition du Festival de la culture soufie de Fès, le mardi 22 octobre, un spectateur francophone a ordonné à une autre participante de retirer son hijab avant de poser une question au panel.

Devant un panel d’érudits choqués, présidé par le directeur du festival, Faouzi Skali, un public majoritairement français a regardé la Marocaine défendre son droit à porter le hijab.

La table ronde de mardi avait pour thème ” la pratique quotidienne de la non-violence “.

Presque tous les jours du festival soufi, Skali a organisé des tables rondes au Riad Dar Batha, un centre culturel appartenant à l’Institut français de Fès.

Après que les conférenciers du panel ont conclu leurs interventions, M. Skali a invité l’auditoire à poser des questions et à formuler des commentaires.

Une femme portant un hijab tenait le micro. Elle était prête à poser une question au panel lorsqu’une autre femme de l’auditoire l’a interrompue.

En français, la femme lui a dit de retirer son hidjab avant de parler. Bien que la nationalité et l’origine ethnique de la femme soient inconnues, son accent suggère aux autres membres du public qu’elle vit en France.

Comme on pouvait s’y attendre, le chaos s’en est suivi.

“Vous n’avez pas le droit de me dire quoi porter “, s’est exclamée la Marocaine en français, alors que d’autres membres du public commençaient à s’agiter.

“Nous sommes dans un pays musulman, poursuit-elle. “Même si nous n’étions pas dans un pays musulman, c’est mon droit de porter le hijab.”

Alors que la dispute entre les deux femmes s’enflammait, la femme musulmane s’est levée, non pas pour commettre un acte d’agression, mais pour faire connaître sa présence et faire entendre sa voix au-dessus du public qui réclame.

Skali, qui semblait connaître personnellement la femme musulmane, lui a demandé de se calmer afin que le groupe puisse aborder la question de manière diplomatique.

La femme musulmane s’est excusée à Skali en darija (dialecte marocain), mais s’est concentrée sur la femme française : “C’est un festival islamique, et vous me dites d’enlever le hijab ?”

Élitisme et mentalité coloniale

Les participants à un festival de culture islamique dans un pays musulman peuvent avoir été surpris d’entendre de tels commentaires sur le hijab.

Alors que la culture soufie met l’accent sur l’individualité et l’introspection, l’attaque contre le choix personnel de la femme musulmane était, à tout le moins, anachronique.

Il est peu probable que la Française ait quitté le Riad Dar Batha ce matin-là avec une vue rafraîchie du hijab. La femme musulmane, quant à elle, a quitté Riad Dar Batha avec le poids d’une attaque personnelle médiatisée.

Ce cas d’élitisme ironique au Festival de la culture soufie de Fès a mis en évidence le décalage entre l’agenda de ses organisateurs et les perspectives de certains de ses participants.